L'hiver arrive, mon ami, et le mal guette
 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les pas dans les ombres, sous son regard | Rezul feat. Luny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Rez Vote
avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 03/06/2015

Feuille de personnage
Relations:

Nuage de Lune

   Ven 11 Déc - 18:35

Je marche.. pourquoi je marches.. ? Surtout ne bouge pas trop, et fait attention a toi. Que Aile de Nuit m'avait dit.. pourquoi ne l'avais-je pas fais.. ? Et où allais-je.. ? J'étais encore en pleine confusion, mais pourtant j'avançais, vers où ? Je n'en étais pas sûr, au fond, est-ce que je voulais vraiment le savoir ? Ces dernières semaines avaient était si pesantes.. en terme de soin, comme en terme de morale.. Et je n'avais pas arrêter de me le demander.. Pourquoi la Lune ne m'avait-elle pas aider.. ? Pourquoi a t-elle laisser ces griffes transpercer ma peau.. ? Pourquoi a t-elle laisser ce sang s'échapper de mon corps, et se répandre su le sol.. ?

J'avais l'esprit brumeux, et dans ma marche, je ne cessais de me questionner.. ça n'avait aucun sens, tout cela n'avait aucun sens. Je continuais de marcher me forçant a penser a autre chose, et petit a petit, mes pensées dérivèrent sur ce qu'il se passerait après... après quoi.. ? Une fois rétablie, peut-être avant, j'allais devoir rentrer au Clan de la forêt.. retourner auprès de mon Clan. Mon fameux clan.. Et où était-il lorsque ces griffes ont transpercés ma chair.. ? Où étais cette sanguinaire de Requiem Divin quand j'étais au bord de la mort, et que j'implorais une quelconque entité de me laisser arrivée chez Aile de Nuit.. ? Où étais la Lune, le Clan, ou même ce foutu monde quand Écorce d'Érable avait glissé sur cette pierre pour faire une chute mortelle ?!

Je soupirais, j'étais fatigué, et déprimé, mais j'arrivais bientôt sur un terrain dégagé, et je reconnu les environs, non loin de là, le chemin vers la grotte, et au loin, le Vieux Chêne, sans doute. J'aurais même pu sentir l'odeur du sang qui revenait dans mes narines.. Quelle odeur.. désagréable.. ? Non.. pas cette fois, ma douleur s"était transformé en rage, mes supplications s'étaient transformés en râles. Mes Larmes s'étaient transformés en haine.. Et la douce odeur du sang, s'était transformé en un sublime parfum que je me promis de répandre sur le sol sans regrets. Mais j'étais faible, pour le moment, je devrais m'entraîner, et je devrais jouer la comédie, entre temps.. Faire comme si je n'étais pas animé par cette haine, cette énergie qui émanait de moi comme l'odeur émane du sang.. Ce fûrent des bruits de pas qui me ramenèrent hors de mes pensées, et je me tourna alors vers une silhouette qui s'approchait.
Revenir en haut Aller en bas
Modotte Luny
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 16/06/2015

Feuille de personnage
Relations:

Nuage Prophétique

   Sam 12 Déc - 11:03


Les pas dans l'ombre, sous son regard

Rez ft Luny






Tu te trouves encore dans la tanière de la guérisseuse. Visite de routine. En fait, tu en sortais. Tremblante de rage. Parce que tu détestais malgré tout paraître faible. Tu te secouas. Ton corps reprenait sa vigueur d’antan. Tu n’étais plus aussi maigre bien que malheureusement tu sois revenue pendant la saison des neiges. Donc les proies ne se retrouvaient pas souvent en dehors de leurs terriers, souvent hibernaient. Tu ne t’en souciais guère. La froideur mesquine de ton regard s’amplifia en croisant ton lieutenant. Le lieutenant. Que tu n’aimais pas. Hautaine, tu passas devant lui la tête haute et la queue légère. Tu finis par le passer et en fus bien contente. Tu ne désirais pas rester près de lui, mais alors là aucunement. Tu passas près de la pile de gibier basse puis te rendis près de ta sœur qui s’en allait dans une patrouille. Tu te collas à elle en ronronnant. Elle t’avait tant manqué pendant ton absence que maintenant, il semblait que jamais tu ne passais suffisamment de temps à ses côtés. Tu souris et la laissas aller à sa patrouille. Elle reviendrait plus tard et vous passerez du temps ensemble, et en attendant tu irais te promener un peu dans la forêt, vagabonder. Étoile du Déluge te ménageait en ce moment. Bien que cela ne te plaisait pas tant que ça. Tu soupiras. On ne voyait plus tes côtes comme avant, mais tu ne paraissais pas apte à reprendre l’entraînement malgré tout. Ton corps était faible. Et lourd. Un pas après l’autre. Ignorer les mouvements dans ton ventre. Faire comme si cela n’existait pas.

Comme si rien de tout ce qui était arrivé pendant deux lunes entières s’était passé. Agir comme si ton esprit ne parvenait pas à s’en souvenir. Trou noir, devrait dire ton charmant esprit. Trou noir, devrait-il clamer. Comme tu avais dit au meneur. Comme tu avais dit à ta sœur. Alors que tu voyais encore Revenge. Tu le revoyais penché sur sa souris. Tu le revoyais penché sur toi. Son visage cruel. Tu revoyais tout cela et les images hantaient tes nuits. Pas une nuit ne passait sans que tu ne te réveilles à la suite d’un cauchemar. Fragile. Cela te rendait fragile aux souvenirs affreux et pourtant, tu ne laissais personne s’en prendre à toi et redoublais même d’ardeur quand on tentait de t’attaquer. Tu ripostais. Avec des conséquences lourdes. Comme lorsque ta fureur avait gagné ton corps. Comme lorsque la fureur l’avait gagné et que tu avais sauté sur le novice guérisseur du Clan de la Forêt. Tu te souvenais du sang qui avait coulé. Tu te délectais de l’odeur si délicieuse que tu parvenais encore à sentir. Cette odeur si particulièrement riche en fer, odeur parfaite à tes yeux que tu affectionnais tant. Tu aimais faire couleur ce liquide poisseux. Oh oui, tu adorais le faire couleur et en sentir l’odeur. Tout comme les odeurs de la souffrance, de la peur et de la haine t’enivraient. Tu ne pouvais point ne pas te sentir enivrer par ces odeurs, ces effluves et tu aimais tant les retrouver.

Sans même le réaliser, tes pattes te menèrent sur les terres libres. Tu t’arrêtas un instant, au Vieux Chêne. Immobile, ton regard fixait l’horizon. Tes pattes tremblaient, fatiguées. La lourdeur de ton corps se faisait ressentir. Une douleur. Un coup. Un autre. Deux. Ils étaient deux. Tu le savais si bien. Tu sentais leurs coups, manifestant leur présence. Grondement. Tu ne les aimais pas. Mais réellement pas. Tu les tuerais toi-même, si possible, mais tu ne pensais même pas essayer. Le Clan de la Lune t’avait déclaré la guerre et ne te faciliterait aucunement la vie. Tu le savais. Ainsi, tes petits vivront. Évidemment. Donc tu devais te faire à cette idée. Que tu le désires ou non, c’était ainsi. Grondement. Encore une fois. Une colère sourde habitait ton corps de façon constante et éternelle, à présent. Elle se muait en haine la nuit, quand tous étaient endormis et que les étoiles brillaient aux côtés de la Lune, d’apparence si majestueuse, mais de fond si pourri. Tu haïssais la lune plus que tout autre chose au monde et te demandait même comment on pouvait vouloir être son messager.

Tu secouas la tête et repris ta marche. Pas après pas. Doucement. Douloureusement. Parce que chaque instant se faisait en soi une souffrance. Tu endurais. Tu supportais. Il le fallait. Pour ta sœur qui te voulait le plus heureuse possible. Tu seras heureuse quand le sang imbibera la terre, afin d’assouvir ton besoin impérial de vengeance. Un besoin qui t’aveuglait presque. Et bientôt, tu t’arrêtas. Enfin, tu ralentis l’allure déjà lente, donc tu ne marchais presque plus. Une odeur s’était faite sentir. Odeur qui ravivait davantage la flamme ardente de ta colère haineuse, une fureur impressionnante qui se faufilait dans tes veines. Tu finis par être à la hauteur de Nuage de Lune et tu le dévisageas de toute ta hauteur. Apprenti guérisseur et pourtant faible et fragile sans sa petite lune adorée. Tu rigolais presque. Ton œil droit était glacial.

“Comme on se retrouve…”




Codage by Kayl pour Luny only
Revenir en haut Aller en bas
Rez Vote
avatar

Messages : 142
Date d'inscription : 03/06/2015

Feuille de personnage
Relations:

Nuage de Lune

   Sam 12 Déc - 21:24


Les pas dans les ombres, sous son regard
"Le monde est cruel. Maintenant je le sais."

Rezul feat Luny

La silhouette se précisa jusqu’à montrer une connaissance plus que particulière, qui m’étais devenu bien trop familière. Mes oreilles dressés, je l’observais, ma queue ondulant derrière moi. Mon pelage grisâtre était différent, comme maculé d’un sang qu’on ne pouvait laver, un sang qui resterait a jamais pour me rappeler que ce monde était cruel, et que j’étais seul pour m’en défendre. Personne ne m’aiderait, plus écorce, pas mon clan, et encore moins la Lune. Peut-être Aile de nuit, mais cela se limiterait a ça… J’étais seul, et j’avais en face de moi une silhouette qui l’avait compris bien avant moi. Elle m’observait de haut de son regard glacial.. Comme le froid, comme la glace qui recouvrait tout a la saison des tombées.. celle qui approchait. Je l’observais brièvement s’approcher, sans rien faire ni dire, confus, je ressentais quelque chose que j’avais rarement rencontrer.. je ne l’appréciais pas.. mais je ne pouvais m’empêcher d'éprouver une certaine fascination, envers elle.

“Comme on se retrouve.”

Je hochais lentement la gueule, tandis que mon corps, frêle et fragile, fût secoué d’un frisson. Étais-je en train d’éprouver de la fascination pour celle qui m’avait fait ça.. ? Qui m’avait griffé jusqu’au sang, celle qui avait faillit me retirer la vie.. ? Oui.. malgré ça.. c’était de la fascination, je serrais lentement les crocs, pour moi même, plus que pour elle.. Comment pouvais-je être fasciné ?! Elle m’a tordu sans aucun scrupules ! Sans aucun remords, sans même détourné les yeux.. Comment la Lune pourrait-elle laisser une telle chose vivre ?! Ce fût le même choc qu’une griffe qui me perforait un poumon, je tremblais.. en fait non, je m’empêchais de trembler.. Mais une voix au fond de moi me le répétait.. “La Lune ne fera rien, elle n’a jamais rien fait.. Elle a voulu qu’il t’arrive ça, pour que tu prennes conscience de ce monde.. La Mort d'écorce était sa volonté..” Je feula, levant la gueule vers l’astre, le regardant avec mépris et haine. Je reposais ensuite mon regard sur la chatte. Non. Je ne l’a haïssais pas.. elle m’avait ouvert les yeux. Et je ne pouvais pas lui en vouloir pour ça.

“En ce lieu même.. Tu m’as montré la vérité…”

           © by Nuity for Rez only
Revenir en haut Aller en bas
Modotte Luny
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 16/06/2015

Feuille de personnage
Relations:

Nuage Prophétique

   Dim 20 Déc - 21:28


Les pas dans l'ombre, sous son regard

Rez ft Luny






Tu le regardais. Nuage de Lune. Apprenti-guérisseur du Clan de la Forêt et surtout un ennemi pour toi, toi que la Lune avait abandonné. Toi qui devais te débrouiller sans personne pour veiller sur toi. Tu savais comment faire, bien entendu, là n’était pas le problème, mais de voir les chats vénérer la Lune te rendait folle de rage, malade. Tu regardais maintenant ce petit impertinent que tu avais remis à sa place il y a quelques jours de cela, pas longtemps et tu ne dis rien de plus que ce que tu as dit, ne faisant que le regarder. Avait-il compris ? Tu l’espérais, sans quoi il était encore plus désespérant que tu ne le pensais, et ça, tu trouverais ça bien trop dommage. Parce que sans son attachement ridicule à la Lune, peut-être en vaudrait-il plus la peine, sauf que tu n’en étais pas plus sûre. Tu n’étais pas d’avis que les chats autour de toi en valait la peine, la peine que tu leur accordes une véritable attention, alors pourquoi restais-tu ? Tu restais pour voir s’il était toujours aussi attaché à sa tendre Lune.

Cette lune qui avait laissé Revenge te faire du mal, cette lune qui t’avait laissé détester à mort tes parents parce que ceux-ci n’en valaient pas la peine, ceux-ci mentant, prétendant s’aimer, cachant la vérité. La vérité ne méritait pas d’être cachée, tout le monde la cachait. Tu avais vite compris que ce monde n’était pas beau, qu’il n’en valait pas la peine, tu t’y étais vite adaptée, devenant le monstre que les autres voyaient en toi. Tu étais un monstre. Un monstre qui ne pensait en général qu’à soi, qu’à son apparence. D’ailleurs, tu avais plus fière allure maintenant, tu n’avais plus que la peau sur les os, même si tu restais relativement maigre. Ton pelage blanc se fondait parfaitement dans le paysage recouvert par la neige, oui. Tu étais parfaitement capable de passer inaperçu durant la saison des neiges et tu aimais bien ça, tout était plus facile pour toi quand la neige te permettait de ne pas te faire voir. Même vivre. Surtout en ce moment. Moment où tu ne désirais pas qu’on vienne te voir, te parler, ou quoi que ce soit. Alors oui, c’était parfait pour toi d’avoir ce pelage qui se fondait dans la neige, te rendant presque invisible.

Nuage de Lune était toujours là. Tu le regardais. Tu ne parlais pas. Tu attendais. Il semblait réfléchir. Silencieux pour le moment, tu savais qu’il parlerait. Tu te souvenais du frisson qui l’avait parcouru après que tu aies parlé. Mais tu n’en connaissais pas la cause, tu ne cherchais même pas à en connaître la cause. Tu ne faisais que t’en souvenir, parce que tu observais toujours ton interlocuteur et retenais les réactions qu’il avait. C’était pratique quand tu jouais avec. Tu restais là maintenant, tu le regardais. Ton regard était toujours aussi froid, toujours aussi glacial et tu ne bougeais pas, le surplombant encore de toute ta hauteur, sans même en ressentir un seul malaise. Il te faisait pitié, ce chat, complètement pitié et tu ne pouvais rien faire pour chasser cela. Parce qu’il était convaincu auparavant que la Lune était tout, mais quelqu’un avait-il seulement cherché à lui faire comprendre que la Lune n’était rien d’autre qu’une pauvre vulgaire lune ? Tu en doutais complètement.

Il feula en tournant son regard qui devint haineux vers la Lune. Le mépris qui vivait dans tes yeux vivait dans les siens quand il regardait l’Astre qu’il avait auparavant vénéré. Une vague de satisfaction envahit ton corps, t’empêchant de te plier de douleur lorsque les chatons de ton ventre donnèrent un coup excessivement douloureux et tu hochas la tête. En ce lieu même, tu lui avais montré la vérité et il avait été suffisamment humble pour accepté de la voir. Il avait fallu que tu le laisses près de la mort pour qu’il comprenne, mais il avait compris et c’était sans doute ça qui t’importait le plus. Il avait compris peu importe comment tu avais fait pour lui faire comprendre. Il savait maintenant.

« Quelqu’un aurait dû te la montrer bien avant. Comment tu t’en sors ? »




Codage by Kayl pour Luny only
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cats Island :: RPG :: Terres Libres :: Plaine du Soleil-