L'hiver arrive, mon ami, et le mal guette
 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "Doucement, la nuit tombe, les feuilles s'envolent, la neige fond. L'eau s'évapore. Le cycle de la vie au final, alors dans ce cas, un jour nous mourrons tous, de faim, de froid, de soif, nous mourrons. Et certains, de mes griffes."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Modotte Luny
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 28/10/2015

Bloody

   Mer 28 Oct - 18:47

Bloody

Ton perso
Son âge: 18 lunes
Son sexe: écrire ici
Son clan: Solo
Son rang: À la tête d'un petit groupe de chats 8D

Son but dans la vie: Être le plus fort, voilà son but. Régner sur l'île des Bipèdes en premier, puis suite à l'inondation de celle-ci, sur l'île des Clans. Décimer les Clans et prendre leurs territoires pour assouvir son besoin de se venger des chats, mais surtout de dominer.
Son physique
Lorsqu'on croire Bloody, il n'est pas facile de ne pas le sous-estimer. Comment ne pas sous-estimer ce solitaire qui se présente à toi en ayant la taille d'un jeune novice ? Impossible de le croire capable de diriger une petite troupe de chats, de les tenir à la lettre. Et pourtant si. S'il est petit, il n'en est pas moins musclé. On voit ses muscles rouler sous son pelage à chacun de ses pas, et Bloody possède une agilité hors pair. Son pelage est angora, mais n'alourdit pas puisqu'il n'absorbe pas l'eau. Lors de la période des neiges, il peut se dissimuler dans un paysage co plet du moment que sa patte avant droite est enfoncée dans la poudre blanche étant donné qu'il a comme couleur un blanc éclatant rappelant sans peine la neige. Uniquement sa patte droite avant est d'un noir de corbeau. Et dans cette masse de neige se distingue deux billes profondes, deux billes abordant un bleu. Bleu profond, bleu océan. Et possédant des reflets d'un vert renvoyant à la couleur des algues dans les océans. À son cou, on peut y voir un collier d'un couleur noire orné de dents de chiens et de chats. Et ses griffes, elles, sont renforcées de crocs de chien. C'est ce qui fait sa force.
Son caractère
Ce solitaire n'est rien d'autre qu'un chat adorant dicter. Dicter, contrôler, voir qu'on lui obéit. Ça le galvanise, le rend ivre. Bloody ne supporte pas la contradiction, mais sait se contrôler et garder son sang froid. Ce qui lui permet de ne pas s'emporter et s'attaquer à n'importe quel chat qui est devant lui. Il aime tuer, mais ne vit pas pour cela. Disons qu'il ne rechigne pas à le faire lorsqu'il doit le faire, surtout s'il est convaincu que cette vie servira son but. Ce mâle est un fin stratège qui sait se servir des informations emmagasinées dans sa mémoire pour mener ses plans. Observateur, les détails ne lui échappent pas, mais bien conscience de sa force, il en vient facile à berner lorsqu'on feint se rendre. Bloody ne se mure pas dans un silence obstiné, mais n'est pas non plus bavard. Un juste entre-deux. Il n'en demeure pas moins égoïste et méprisant. L'importance de la vie des autres lui échappe complètement et sa Troupe ne possède ainsi pas de guérisseur et les blessés sont laissés derrière eux. Ce matou est pourtant capable d'écouter ce qu'on lui dit et sait flairer les ententes avantageuses. Il n'est pas dénué d'intelligence bien au contraire et sait se faire discret lorsqu'il n'est pas dans son territoire. Toutefois, il est un mâle très affirmé qui joue de sa petite taille pour désarçonner ses ennemis et les rendre plus faibles. Parce que c'est connu, on sous-estime toujours ses adversaires ou les sur-estime, quoi qu'il en soit, on les juge d'avance. Il n'est pas rare de le voir seul, parce qu'il aime bien la solitude, qui est pour lui la meilleure des amies, la plus forte et la plus insidieuse. Un esprit peut facilement virer fou parce solitude, c'est amusant. Sadique, Bloody aime bien voir les chats souffrir et tomber dans la démence, sans doute parce que quelque part, il est lui aussi. Il n'est pas capable de ressentir le moindre regret, le moindre remord, et ne sait pas non plus ce que c'est d'aimer, d'être aimé. Ses souvenirs de l'époque où il était plus frêle, plus fragile, remonte à son enfance, lorsqu'il n'avait que six lunes. À présent, il n'est qu'un chat ambitieux, mené par un désir de vengeance, qui tue de sang-froid et sait comment faire des plans et renversé le règne des autres. De plus Bloody est plutôt calme, d'un air froid, et à cette tendance à se lécher les babines quand on parle de bataille, comme s'il goûtait déjà le sang. On ne peut nier qu'il est quelque peu capricieux et perfectionniste, tout comme il veut que ses attentes soient remplies comme il le désire. Il demeure curieux, comme un chaton, aimant apprendre de ce qui l'entoure pour mieux frapper.  
Son histoire
Il était caché sous un petit arbuste. Un chien à la bave dégoulinant de sa gueule et aux crocs pointus se trouvait devant sa mère et son père. Deux chats imposants auparavant, mais affaiblis par la maladie, par une maladie qui courait dans leurs veines et provenaient de la nourriture des Bipèdes. Cela faisait qu’une heure qu’ils étaient malades et ça se voyait. Le petit ne savait pas ce qu’ils avaient, mais lui n’avait pas mangé dans le bol, préférant de loin chasser, parce qu’il commençait peu à peu à attraper les proies. Ok, sa première était un pigeon à l’aile brisée, mais c’était une proie pareil ! Il ferma les yeux et se souvint d’un pot près du bol de nourriture, un pot avec un dessin de rat dessus. Il secoua la tête sans faire de bruit et réalisa que ses parents étaient morts. Le chien les avait tué et s’en était allé. Doucement, le petit chaton au pelage entièrement blanc sauf sa patte avant droite sortit de sa cachette et aperçut deux chats horrifiés. Ils devaient avoir tout vu. Et n’avaient rien tenté pour sauver les chats affaiblis ! Il montra les crocs et arrondit le dos, gonfla son pelage. Bloody, de son nom, cracha. Les solitaires ou domestiques, peu importait, s’enfuirent sans demander leurs restes. C’était sans doute mieux ainsi parce que le petit tremblait de colère et de tristesse. Il avait passé six merveilleuses lunes auprès de parents aimants et de Bipèdes qu’il n’aimait pas. Il avait été un petit chéri, mais maintenant, il n’était plus rien, et personne n’avait cherché à ce que cela soit autrement. Peut-être que la maladie de ses parents auraient pu être soignée, mais maintenant c’était inutile. Ce fut en vagabond la mort dans l’âme que Bloody trouva le chien mort, quelques heures plus tard, les yeux effarés. Le petit s’approcha et attendit. Les insectes de la terre ne tarderaient pas à venir le décomposer.

Ce fut le cas. Le lendemain matin, Bloody retrouva le corps du chien infesté d’insectes qui s’attaquaient à la chair du chien et se fut donc facile pour le chaton de déloger, à l’aide de ses griffes, chaque dent du cabot. Il les prit dans ses pattes et sautilla jusqu’au ruisseau d’eau pour les nettoyer minutieusement. Le petit alla s’installer par la suite dans un coin, ayant rincé ses pattes également et s’acharna pendant de bonnes heures à trouver le moyen de faire tenir les canines sur ses griffes, mais y parvient à l’aide de mélanges de plantes. Il trouva également le moyen d’en attacher une à son collier. C’était tout bonnement le début d’une ascension, d’une vengeance. Parce qu’il était persuadé que les chats ne valaient pas plus que les Bipèdes. Il en vit plusieurs, durant quelques lunes, abandonnés d’autres dans le besoin, ce qui renforça son idée. Peu à peu, son esprit s’enfonçait dans un étrange besoin de vengeance et sa personnalité s’affirmait de plus en plus à force de réaliser que le monde n’est pas la douceur des nids des Bipèdes. Il perdait cette douceur, cette fragilité et devenait un chat qui ne rechignait pas à tuer, qui aimait cela même. Prendre le pouvoir par la force. Son caractère se forgeait à même la rue, à même le sang, à même l’éloignement de ces parents morts et la rancœur envers les chats qu’ils avaient vu. D’ailleurs, ce fut les premiers qu’il tue. À ses 10 lunes, après avoir longuement appris à chasser et auprès d’un chat venu de loin duquel il avait appris à se battre, il trouva un des deux chats et se battit à la loyale, il gagna. Le deuxième subit le même sort. Les deux solitaires étaient ronds et mangeaient auprès des Bipèdes. Et lui était fin et agile, pas nécessairement fort, mais les deux crocs sur ses griffes aidaient à tuer. Ce fut donc ses premiers trophées de chats.

Et les lunes passèrent. Rapidement. Il trouva le moyen de tuer d’autres chiens. Ils sont naïfs, les cabots, facile à manipuler et à faire tomber dans un piège. Il s’en servait, Bloody, il aimait bien se servir de leurs faiblesses. Alors il finit par compléter ses griffes de crocs de chien, se rendant ainsi redoutables. Peu à peu, il s’imposa dans l’île. Cette île de chats solitaires, une île de vie de Bipèdes, avec des trucs rudes sous les pattes. Des Bipèdes qui semblaient bien contents de la place qu’ils avaient. Bloody n’était pas complètement méchant. Il n’allait pas chercher ceux qui ne le dérangeaient pas. Il se contentait de tasser de son chemin ceux qui le dérangeaient ou leur propose d’être avec lui. Ce fut ainsi qu’il put orné son collier de crocs de chats et chiens jusqu’à ne plus pouvoir et qu’il fut entouré d’une troupe de chats. Une petite troupe. Certains restaient par peur. Et d’autres avaient ce même goût pour le sang que lui.

Un jour, alors qu’il observait les chats qui étaient prêts de lui, obéissant à ses ordres, ou alors mourant de ses griffes, une chatte se présenta. Plus grande que lui, elle avait sans doute entendu parler de lui. Pourtant, elle sembla surprise quand il se présenta comme la tête du groupe. C’est vrai, il était si petit et pourtant redoutable. Il regarda la nouvelle venue calmement et froidement et lui demanda ce qui l’amena. Ses paroles intéressèrent Bloody qui lui demanda par la suite de parler. Ce fut ainsi qu’il apprit que l’île était, certes, grande, mais qu’il y en avait une autre, une île que l’on pouvait joindre à l’aide de tunnel bien caché. Le petit chat blanc commençait à songer d’aller là où les Bipèdes n’étaient pas. D’aller là où il pourrait réellement régner, sans crainte des Bipèdes et de leurs empoisonnements. Mais il n’eut pas le temps d’en décider qu’il n’eût pas le choix de partir. Puisqu’une inondation eut raison de l’île qui sombra en quelque sorte, emportant les quelques Bipèdes avec elle. Il eût tout juste le temps, avec sa Troupe et les autres solitaires, de rejoindre les tunnels avant que l’île des Bipèdes ne soit plus que ruines. Ruines et morts. Le jeu continuait donc.


C’est long
Toi
Comment as-tu découvert le forum?: BAH JE SUIS MODOTTE JE TE SIGNALE
As-tu un puf, un surnom?: Luny e.e
As-tu déjà RP ou est-ce la première fois?: À TON AVIS NON MAIS
Codes du règlement: || Mangés par un tordu.
© Nuity


Dernière édition par Bloody le Jeu 29 Oct - 23:33, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Admin Equi
avatar

Messages : 234
Date d'inscription : 23/05/2015
Age : 20

Feuille de personnage
Relations:

Étoile Désertique

   Mer 28 Oct - 19:19

Re bienvenue chouuuu
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Invité

   Mer 28 Oct - 20:05

Ree

Validé, déplacé.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cats Island :: En Premier :: Présentations :: Présentations Validées :: Solitaires-